Wahaha ne fait pas rire Danone

Publié le par william suissa

Récemment accusé d'impérialisme commercial par son partenaire historique en Chine Wahaha, Danone ne semble pas décidé à battre en retraite. La guerre d'intérêts va t-elle mener à la perte de la précieuse joint venture ?

Zong Qinhou, président de Wahaha, avait lancé un pavé dans la mare via une interview accordée au portail d'informations chinois sina.com. Il accusait notamment le groupe français Danone, son partenaire depuis 1996, de vouloir prendre le contrôle total de la marque Wahaha. Le célèbre homme d'affaires n'avait pas lésiné sur les termes en comparant l'attitude du groupe agroalimentaire français à celle des forces impérialistes en Chine du temps des huits alliances, notamment marquée par la répression sanglante de la guerre des Boxeurs en 1900.

Jouant clairement sur le sentiment patriotique chinois, il présentait Danone comme la force impériale et Wahaha comme le symbole de la résistance chinoise face à cet impérialisme : "Je leur ai dit de manière solennelle que les Chinois sont désormais debout, que nous ne sommes plus à l'époque des huit alliances étrangères."

Danone, déjà détenteur de 51% des parts de la marque chinoise, chercherait à renforcer ses parts d'actifs à des prix jugés trop faibles par monsieur Zong. En 1996, Danone et Wahaha avaient créé 5 coentreprises. L'accord stipulait également que l'industriel chinois ne pouvait pas utiliser l'appellation Wahaha sans l'aval de Danone ni commercialiser des produits concurrençant ceux des coentreprises nouvellement créées.

Ce sont ces conditions, acceptées en 1996, que le dirigeant chinois dénonce et qualifie d'injustes aujourd'hui, car selon lui, elles bloquent la croissance de Wahaha mais permettent à Danone de prendre le contrôle d'autres entreprises en Chine.

Dans les faits, Danone joue une partie cruciale car la joint venture avec Wahaha représente l'activité principale du groupe sur le marché chinois (plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires). Le Français a d'ailleurs menacé de lancer des actions judiciaires contre son partenaire pour non respect du contrat signé en 1996 si monsieur Zong ne rentre pas dans le rang d'ici 30 jours.


Publié dans les marques en chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article